Archives de l’auteur : Rita Catunda

À propos Rita Catunda

Always interested in visual arts and film, Rita Catunda studied Social Communication, specialized in film by Fundação Armando Álvares Penteado –FAAP in São Paulo and now follows her studies in Arts and Languages at l’École des Hautes Études en Sciences Sociales – EHESS in Paris.

Um Utopista nos Trópicos

            In the middle of Brazil’s intellectual scene, Eduardo Giannetti is a singular kind. His last book – Trópicos Utópicos: Uma perspectiva brasileira da crise civilizatória – is not just an overview on some of his best qualities, but also and invitation to a very ambitious intellectual chore: think about Brazil, its promises and its possible contribution to the civilizational crises the world is facing.

Text by João G Rizek Continuer la lecture

Exposição sobre Antonio Benetazzo no Centro Cultural São Paulo

Antonio Benetazzo – Permanências do Sensível – Exposição em Cartaz no CCSP (Centro Cultural São Paulo)

 É necessário lembrar constantemente das atrocidades ocorridas no passado para não repeti-las no presente.[1]

Antonio Benetazzo foi um artista plástico, professor e militante ítalo-brasileiro que lutou contra a ditadura militar e foi por ela brutalmente assassinado em 1972. Sua morte foi registrada como resultado de um atropelamento e por quarenta e dois anos sua história permaneceu desconhecida. Sua carreira como artista tendo sido interrompida, suas obras ficaram também por muito tempo desconhecidas do público, espalhadas em casas de amigos e familiares. Hoje a mostra Antônio Benetazzo – Permanências do Sensível conta sua história e exibe 90 de suas obras. A exposição, que conta com pesquisa e curadoria de Reinaldo Cardenuto, fica em cartaz no Centro Cultural São Paulo até o dia 29 de maio de 2016.

Continuer la lecture

Vidéodrome (Cronemberg, 1983)

Vidéodrome (Cronemberg, 1983) a été réalisé à un moment clé des changements du langage audiovisuel, causés par l’arrivée des satellites TV, vidéoclips et des vidéocassettes. Un aspect intéressant de cette œuvre est son rapport avec son contexte historique. Le langage cinématographique proposé par ce film dialogue avec l’esthétique d’images typiques de la télévision et de la cassette, ainsi qu’avec la réflexion sur l’arrivée (et la popularisation) de ces nouveaux médias. Le film peut être lu  comme métaphore de la distance du réel, provoquée par ces médias.

Continuer la lecture

La Perte du Cinéma

Cinema

            Dès la fin du XIX siècle l’art gagne une autonomie vis-à-vis des sujets et des formes de représentation classiques. Au fur et à mesure que l’art devient indépendant des contraintes anciennes la question du sujet devient de plus en plus importante. Les avant-gardes du début du XX siècle ont eu un rôle essentiel dans ce processus. Avec les mouvements sociaux, certains courants artistiques se sont tournés vers des thématiques socio-politiques. En ce moment un questionnement sur comment l’art doit participer de la vie politique est inévitable. La révolution formelle serait-elle en soi un acte politique ?

            Le sujet de la politique dans l’art pourrait être traité partant de l’œuvre de divers artistes, mais cet article se concentre notamment sur la filmographie de Marguerite Duras. L’intérêt pour l’œuvre de cette cinéaste en particulier vient du fait qu’elle déclare la perte du cinéma en tant que solution. Elle se déclare dégoutée par le cinéma qui a été fait (c’est-à-dire le cinéma commercial, hollywoodien) et se met donc à la recherche d’un cinéma de l’ordre de la destruction de son propre langage. Un cinéma raréfié construit à partir d’une grammaire presque primitive[1]. Continuer la lecture

Sonho e Realidade em A Hora do Lobo

Em A Hora do Lobo (1966) Johan Borg e sua esposa vivem numa ilha, isolados do resto do mundo. Ele tem devaneios nos quais vê pessoas-demônios que o convidam para viver num sonho, enquanto Alma, sua esposa, representa a realidade. A discussão proposta pelo filme é justamente este embate entre o mundo real e o mundo os sonhos, onde vivem os demônios.

“Subitamente tive a possibilidade de me corresponder com o mundo numa linguagem que fala de alma para alma, em termos que, quase de maneira voluptuosa, escapam ao controle do intelecto”- Ingmar Bergman[1]

Continuer la lecture

Relatos Selvagens: O Prazer de Perder o Controle

Relatos Selvagens tem como tema a perda do controle. Entre drama e comédia o filme é constituído por seis episódios autônomos, começando sempre com situações a princípio normais que se desenvolvem de forma inusitada levando a ficção aos limites do verossímil, porém sem nunca perder a lógica. Continuer la lecture

Marguerite Duras et la Mer

 

                 « La mer est une des images, un des cauchemars, les plus fréquents dans ma tête. Peu de personnes, je crois, la connaissent comme moi, qui ai passé des heures à l’observer. La mer me fascine et me terrorise. »[1]

            Entre fascination et terreur, la mer devient une des figures essentielles dans l’œuvre de Marguerite Duras. C’est à la fois le silence et l’intempérie, la tranquillité et l’agitation. Passant d’un calme éternelle à un bouleversement violent, c’est le souvenir constant du gouffre, de l’infini, de l’inconnu. Enfin, il y a beaucoup de signifiés associés à la mer, cependant, quand Duras en parle, celui qui déborde c’est la peur « la peur des cavernes, la peur des trous. Oui, la peur. La peur… c’est toutes les peurs ensemble… » [2].

Continuer la lecture

Les Mots ou François Truffaut

Pour François Truffaut la vie passe toujours par le texte, à la fois sous la forme de confrontation, distance, obsession ou combustion. C’est pourquoi il organisait de façon obsessionnelle des registres de tous ses films. Si l’exposition à la Cinémathèque est aussi riche c’est en grand part grâce à la grande quantité d’écrits que nous avons hérité du réalisateur, qui nous donnent le bonheur de vivre sa passion pour le cinéma. L’exposition continue jusqu’au 1er Février de 2015 à la Cinémathèque Française (77, rue de Bercy ou 8, boulevard de Bercy – 75012, Paris).

Continuer la lecture